Accès à vos comptes
Espace Conseil Bienvenue dans cet espace qui regroupe l'ensemble des guides, outils et conseils
pratiques de notre site, pour mieux vous accompagner dans tous vos projets !
Nouvelle recherche

Les grands principes de l'assurance

Assurer son véhicule 
Pour rouler sur la voie publique à 2 ou 4 roues, une assurance auto ou moto minimum est obligatoire. Elle garantit l’indemnisation les dommages causés aux autres. Toutes les autres garanties sont optionnelles.
Les différents types de contrats
Pour choisir le contrat d’assurance auto ou moto dont on a besoin, il faut tenir compte de la valeur du véhicule, de son âge, de son état et de l’usage que l’on en fait. Entre tiers et tous risques, toutes les options sont possibles.
L’assurance « au tiers »
L’assurance auto ou moto « au tiers » est l’assurance minimum légale obligatoire. C’est ce qu’on appelle l’assurance de responsabilité civile automobile. Elle couvre tous les dommages matériels et corporels qu’un conducteur peut causer à autrui : conducteurs, véhicules, piétons, passagers de son propre véhicule et ceux des autres.
Cette assurance n’intervient donc jamais pour indemniser les dommages que l’assuré se cause à lui-même, qu’il y ait un tiers ou qu’il n’y en ait pas (par exemple s’il rate un virage et se retrouve dans le fossé). Dans tous les cas l’assuré ne perçoit rien, ni pour ses éventuelles blessures, ni pour les dégâts subis par son véhicule.
Les garanties complémentaires
Au-delà de ce minimum légal, des garanties complémentaires peuvent enrichir le contrat d'assurance auto. On peut notamment opter pour les garanties suivantes :
- incendie, explosion ;
- vol, tentative de vol ;
- bris de glaces ;
- catastrophes naturelles (déclarée comme telle par arrêté interministériel publié au Journal Officiel) ;
Attention dans la plupart des cas, une franchise reste à la charge financière de l’assuré.
L’assurance auto « tous risques »
L’assurance auto « tous risques » donne droit à toutes les options possibles. Elle garantit également une indemnisation complète non seulement pour autrui, mais aussi pour soi-même et son véhicule :
- lorsque l’on est responsable d’un accident (le conducteur refuse une priorité et provoque une collision avec une voiture par exemple) ;
- ou lorsqu’il n’y a pas de responsable du tout ou qu’il n’est pas connu (un animal sauvage traverse la chaussée et percute la voiture ; la voiture est endommagée sur un parking, le responsable du dommage est parti sans laisser d’adresse).
 
© All Contents, Laurence DE PERCIN, octobre 2015.
Groupe Société Générale