Accès à vos comptes
Vous êtes ici
Moments de vie Je fais face à la dépendance
Avec l’avancée en âge de la génération « baby boom » et l’allongement de la durée de vie, on compte de plus en plus de personnes âgées en situation de dépendance. En France, elles sont aujourd’hui plus de 1,2 million et seront 2 millions en 2040(1). La perte d’autonomie est donc un véritable enjeu de société et de solidarité. Pour vos proches comme pour vous-même, quelles sont les solutions pour y faire face ?
A A A
La dépendance
  • Qu’est-ce que la dépendance ? C’est l’incapacité partielle ou totale de réaliser seul, et définitivement, les Actes élémentaires de la Vie Quotidienne (AVQ) : se laver, s’habiller/se déshabiller, s’alimenter, se déplacer, se lever/se coucher/s’asseoir. Elle est la conséquence d’une perte d’autonomie physique et/ou psychique. Cet état nécessite un accompagnement de la personne, notamment si celle-ci vit dans un environnement mal adapté (logement isolé ou insuffisamment équipé, absence d’ascenseur…).
  • Comment évaluer la dépendance ? En France, parmi les outils utilisés :
    • La grille AGGIR (Autonomie, Gérontologie Groupe Iso Ressources) est la plus répandue. Elle comprend 6 niveaux de dépendance appelés GIR (Groupe Iso Ressources), le GIR 1 étant le plus élevé. Cette grille sert notamment de base pour l’attribution de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) par les pouvoirs publics.
    • Les AVQ (Actes élémentaires de la Vie Quotidienne) sont généralement utilisés par les Assureurs. La mesure de la dépendance est appréciée en fonction de l’ incapacité totale et définitive de réaliser seul certains des cinq actes élémentaires de la vie quotidienne : la toilette, l’habillage, l’alimentation, les déplacements, les transferts (se lever, se coucher, s’asseoir). 
    • Le test Mini Mental State de Folstein est l’un des tests les plus utilisés pour mesurer l’altération des fonctions cognitives (perte de mémoire, maladie d’Alzheimer par exemple).Auxiliaires médicaux (kinésithérapeute, podologue, orthophoniste...). 
 
Gérer la dépendance d’un proche
Vidéo : Société Générale partenaire de la Compagnie des Aidants
 
  • Devenir aidantLe rôle d’un aidant est d’assister la personne dépendante au quotidien : gestes du quotidien, courses, préparation des repas, organisation des soins médicaux… Souvent, l’aidant est un membre de la famille peu ou pas préparé à tenir ce rôle : il est donc important de suivre une formation préalable pour acquérir les bons gestes et gérer les conséquences possibles sur sa vie personnelle (fatigue physique et morale, stress, découragement…).
Vidéo : Proposer un accompagnement innovant grâce au digital Le + Société générale : Garantie Autonomie Aidant
 
Bon à savoir
  • Le congé de soutien familial permet sous certaines conditions aux personnes exerçant une activité professionnelle de l’interrompre temporairement pour se consacrer à un proche dépendant.
  • Le congé de solidarité familiale, d’une durée maximale de trois mois, permet d'assister un proche souffrant d'une pathologie qui engage le pronostic vital (phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable).
Pour vous accompagner dans ce nouveau rôle, Société Générale a créé la Garantie Autonomie Aidant(2) : une solution qui vous soutient efficacement, dès que vous en ressentez le besoin, dans l’accompagnement de votre proche dépendant âgé de plus de 60 ans. 
  • Organiser les soins et aides à domicileLe maintien d’une personne dépendante à domicile peut impliquer l’intervention de plusieurs professionnels.

    Pour les soins médicaux :
    • Médecin traitant (évaluation des besoins, prescriptions)
    • Aide-soignant (soins d’entretien, hygiène)
    • Infirmier (administration des traitements, actes techniques)
    • Auxiliaires médicaux (kinésithérapeute, podologue, orthophoniste...).

    Pour le quotidien :
    • Garde-malade (actes essentiels de la vie quotidienne, activités ménagères, accompagnement dans la vie sociale et relationnelle)
    • Aide ménagère (entretien du logement, présence attentive)
Pour vous aider à gérer le quotidien, Société Générale Services à la personne(3) vous propose une gamme de services à domicile et organise à votre convenance l'intervention de professionnels.
Le + Société générale : Services à la personne
À noter
  • Les soins pratiqués par des personnels soignants ou prestataires privés d'assistance médicale à domicile peuvent faire l’objet de remboursement sans avance de frais par la caisse d’Assurance Maladie sous certaines conditions.
  • Plus d'infos sur les modalités de recrutement de professionnels de santé, les conditions de rémunération ou les possibilités d’aides au financement ? Renseignez-vous auprès de :
    • l’ANSP (Agence Nationale des Services à la Personne),
    • le CESU (Chèque Emploi Service Universel),
    • les caisses de retraite de base et/ou complémentaire de la personne bénéficiaire des soins.
  • Comment évaluer la situation ? Demandez conseil au médecin traitant de la personne aidée : il vous précisera ses besoins concrets en termes d’accompagnement médical. Pour obtenir les coordonnées de professionnels spécialisés, contactez également :
    • votre centre hospitalier,
    • votre CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique),
    • le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de votre ville,
    • une assistante sociale de votre commune.
Dans le cas d’un maintien à domicile, vous devrez certainement faire réaliser quelques aménagements dans le logement de la personne aidée. N’hésitez pas à solliciter un ergothérapeute : il se déplacera à son domicile et préconisera les adaptations nécessaires du cadre de vie (barre d’appui, siège de douche, monte-escaliers…).
Le guide des aides de l’ANAH
Bon à savoir
  • L’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) pourra vous apporter son soutien financier si de gros travaux d’aménagement sont nécessaires. Consultez le guide des aides de l'ANAH.
Le + Société générale : Garantie Autonomie Senior
  • Anticiper sa propre perte d'autonomie7 Français sur 10 déclarent ne pas être couverts financièrement contre la perte d’autonomie(4). Pourtant, pour faire face aux frais liés à la dépendance, il est essentiel de se prémunir avec une bonne solution d’assurance, surtout si l’on souhaite rester à son domicile et ne pas trop dépendre de ses proches. Société Générale a créé pour vous Garantie Autonomie Senior(5) qui vous fait bénéficier dès l’adhésion d’un accompagnement et, en cas de dépendance, d’une rente viagère mensuelle et des garanties d’assistance efficaces(6).
  • Et si le maintien à domicile n’est pas possible ? Il existe plusieurs types de structures d’accueil, selon le degré de dépendance :
    • Le foyer-logement : logements individuels équipés de services communs (salle à manger, blanchisserie...),
    • L’Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) : propose un hébergement médicalisé aux plus de 60 ans(7),
    • L’Unité de Soin de Longue Durée (USLD) accueille les personnes âgées les plus dépendantes qui nécessitent une surveillance médicale continue.
 
Les aides financières
Les charges financières liées à la dépendance sont importantes tant pour l’aidant que pour la personne aidée. Il existe cependant des aides et des allocations prévues par les Pouvoirs Publics :
  • 2 types d'allocations
    • L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) concerne les personnes âgées de 60 ans ou plus qui ne peuvent plus, ou difficilement, accomplir les AVQ (Actes simples de la Vie Quotidienne (se lever, se déplacer, faire sa toilette...)
    • L’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA) est destinée aux personnes âgées d’au moins 65 ans(8) disposant de faibles revenus. Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite.
(1) Sources : DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) enquête 2013 - Prévisions INED (Institut National d’Etudes Démographiques).

(2) Garantie Autonomie Aidant est un contrat d’assurance collective à adhésion facultative souscrit par Société Générale auprès de Sogécap, compagnie d’assurance vie et de capitalisation régie par le Code des assurances. Ce contrat est présenté par Société Générale, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann (Paris IXe), en sa qualité d’Intermédiaire en assurances, immatriculation ORIAS n° 07 022 493 (orias.fr).

(3) Services assurés par la Société pour le Développement des Services à la Personne (SDSAP), Société par actions simplifiée au capital de 37 000 euros - Agrément n° N/220908/M/075/S/081 - Siège social : 8-14, avenue des Frères Lumière 94368 Bry-sur-Marne Cedex - 507 524 072 R.C.S. Créteil.

(4) Baromètre OCIRP - 2014.

(5) Garantie Autonomie Senior est un contrat d’assurance collective à adhésion facultative souscrit par Société Générale auprès de Sogécap, compagnie d’assurance vie et de capitalisation régie par le Code des assurances. Ce contrat est présenté par Société Générale, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann (Paris IXe), en sa qualité d’Intermédiaire en assurances, immatriculation ORIAS n° 07 022 493 (orias.fr).

(6) Dans la limite d’un délai de carence pouvant aller jusqu’à 3 ans suivant les situations.

(7) Sauf dérogation dans certains départements.

(8) Conditions pouvant être abaissées à l’âge minimum légal de départ à la retraite dans certains cas.
Groupe Société Générale