Accès à vos comptes
Vous êtes ici
Vos dépenses de rentrée
De retour de vacances, la rentrée s’annonce déjà.
La liste des dépenses s’allonge de jour en jour. Quelques conseils pour y faire face plus sereinement.
La rentrée à l’école
La rentrée scolaire est généralement une période difficile côté budget. La fréquentation d’un établissement scolaire entraine de nombreuses dépenses auxquelles viennent s’ajouter bien d’autres frais : l’inscription des enfants à une activité extra scolaire, le renouvellement d’une partie de leur garde-robe etc.
Afin d’éviter les mauvaises surprises, pensez à établir dès que possible un budget prévisionnel détaillé. De cette façon, vous pourrez si nécessaire étudier à temps, les différentes solutions de financement qui s’offrent à vous.
Votre budget rentrée
Les achats de fournitures scolaires constituent une part importante du budget de la rentrée. Cartable, trousses, cahiers, stylos, blouse de chimie, dictionnaire… Chaque année, les professeurs dressent une liste des fournitures indispensables dont certaines sont onéreuses et dont le prix ne cesse malheureusement d’augmenter.
Sachez que les dépenses varient selon le niveau d’enseignement suivi : ainsi, plus votre enfant avance dans les études, plus les dépenses de rentrée sont lourdes. Pensez à tenir compte de tous ces facteurs lorsque vous dressez votre budget prévisionnel.
Pour vous aider à maitriser ces dépenses, l’État a lancé en 2007 l’opération les essentiels de la rentrée. A chaque rentrée une gamme de fournitures incontournables vous est ainsi proposée à bas prix, dans la majorité des grandes surfaces. Vous pouvez repérer facilement les fournitures concernées dans les rayons : elles portent le logo « les essentiels de la rentrée ».
Le coût moyen du panier de 16 fournitures pour la rentrée 2012 est estimé à 188 € contre 151 € en 2011 soit une augmentation de 25%.
Attention, les dépenses liées à la fréquentation d’un établissement scolaire ne se limitent pas aux fournitures. N’oubliez pas le cas échéant, de compter les frais liés à la cantine ou aux transports, à d’éventuels cours de soutien ou à la prise en charge de vos enfants à la sortie de l’école si vous travaillez tard, etc.
Pensez également à renouveler ou souscrire pour chaque enfant, une assurance scolaire : elle est obligatoire. Que votre enfant soit responsable ou victime, cette assurance le protège dans le cadre de toutes ses activités scolaires (obligatoires ou non, comme par exemple, les sorties organisées par l’école) et du trajet aller et retour école-domicile.
Enfin, la rentrée peut être l’occasion d’inscrire votre enfant à une activité extra scolaire. Cette inscription peut représenter un coût conséquent. Sans oublier qu’elle entraine le plus souvent d’autres frais liés à l’achat de l’équipement nécessaire à la pratique de l’activité. Comme par exemple des chaussures de sport ou un instrument de musique…
Les aides au financement
Vous pensez avoir du mal à prendre en charge toutes ces dépenses ? C’est le moment d’étudier les solutions de financement qui peuvent vous y aider.
Si vos revenus sont modestes, vous pouvez demander à bénéficier de l’allocation de rentrée scolaire (ARS).
Pour cela, vous devez déjà être bénéficiaire de la caisse d’allocations familiales. Le montant de l’ARS est calculé en fonction de vos revenus ainsi que de l’âge et du nombre d’enfants à charge.
Pour la rentrée scolaire 2012, l’allocation de rentrée scolaire est versée pour chaque enfant né entre le 16 septembre 1994 et le 31 décembre 2006 (inclus) inscrit dans un établissement ou un organisme d’enseignement public ou privé.
Si vos enfants sont au collège ou au lycée et que vos revenus seuls ne permettent pas d’assurer leurs frais de scolarité, sachez que vous pouvez bénéficier d’une bourse de collège ou de lycée. Pour cela, il suffit de faire, dès la rentrée, une demande de bourse au secrétariat de l’établissement fréquenté par votre enfant Leur attribution dépend des revenus du foyer, et du nombre d’enfant à charge.
Pour alléger ponctuellement votre budget, vous pouvez également demander à régler en plusieurs fois sans frais, l’inscription et/ou les cotisations liées aux activités extra-scolaires de vos enfants. La plupart des établissements le propose spontanément.
Pensez enfin à vous renseigner auprès de votre comité d’entreprise si vous en avez un. Certains prennent en charge une partie des frais d’inscription aux activités extra scolaires.
La rentrée étudiante
Frais de scolarité, de transport, parfois même de logement, équipement informatique… Pour les étudiants, la rentrée est synonyme de lourdes dépenses.
En 2011, le coût de la rentrée étudiante (frais d’inscription, transports, alimentation, vêtements, téléphone, Internet, loisirs...) était estimé à 2 657 € pour un étudiant francilien et 2 265 € pour un étudiant de province.
Vous avez tout intérêt à anticiper et à impliquer votre enfant étudiant dans la gestion de toutes ces dépenses : établir un budget prévisionnel de rentrée et étudier les différentes options de financement avec lui peut-être une bonne façon de le sensibiliser.
Le budget rentrée d’un étudiant
Les frais de scolarité varient fortement en fonction des études choisies, du niveau de scolarité et de la situation géographique. Le coût d’une inscription dans une école de commerce à Paris sera par exemple beaucoup plus élevé que celle dans une université en province.
Les frais d’inscription à une université vont de 177€ à 350€, ils dépendent du diplôme visé (licence, master, doctorat).
A titre de comparaison, l’inscription dans une école privée commence à 4 000€ et peut atteindre 15 000€ pour une année.
Ajoutez à cela les frais « courants » comme l’achat de livres, fournitures, vêtements, etc. Sans oublier que la plupart des étudiants ne peut plus se passer d’un ordinateur et d’un téléphone, portables et connectés…
Les étudiants ont également d’autres dépenses, non liées aux études, à prendre en compte comme par exemple le permis de conduire, les transports, un loyer et/ou une assurance etc.
Logement, déplacements : votre enfant a besoin d’une plus grande autonomie ? Attention, l’indépendance peut vite lui/vous coûter cher.
La location d’un logement pour un étudiant n’est pas une mince affaire. Pour toute location, lui sera demandée une caution ou un dépôt de garantie dont la somme équivaut à un mois de loyer sans charge. Bien souvent il ne pourra pas apporter seul ces garanties financières et devra faire appel à vous en tant que garant. Il faudra ensuite qu’il assume seul ou avec votre aide, le loyer, les charges, l’assurance habitation, son alimentation, etc.
Pour se rendre à la fac, sur le lieu de son stage ou de son contrat d’alternance, une voiture peut vite devenir indispensable. Et avec, le permis de conduire.
Le coût de la formation est élevé : environ 1 000 € pour une formation avec 20 heures de conduite, auxquelles il faut souvent ajouter des heures supplémentaires (45 €/h en moyenne).
Une fois le permis obtenu, vient la question de la voiture. Là encore de lourdes dépenses sont à prévoir : achat, immatriculation, essence, entretien, etc. Sans oublier l’assurance auto, obligatoire, dont la cotisation est souvent élevée pour les jeunes conducteurs.
En moyenne une assurance auto tous risques pour un jeune conducteur coûte 1 500€ la première année.
Les aides au financement
Pour faire face à toutes ces dépenses, votre enfant peut souscrire un prêt étudiant. Les taux de ces derniers sont peu élevés et permettent d’emprunter un montant important. Le remboursement de l’emprunt pourra se faire au fur et à mesure de l’année ou bien dès que votre enfant commencera à travailler.
Si votre enfant souhaite louer un appartement, sachez qu’il existe des aides aux logements proposées par la Caisse d’Allocation Familiale, sous condition de ressources.
Elle verse principalement 2 allocations aux étudiants.
  • L’Aide Personnalisée au Logement (APL) réservée aux logements qui font l’objet d’une convention avec l’État (foyers, HLM, etc.).
  • L’Allocation Logement à caractère Sociale (ALS) qui vise toutes les autres habitations, sous certaines conditions (surface du logement, WC, chauffage, etc.).
Au total, un peu moins de 700 000 étudiants ont accès chaque année à l’une ou à l’autre de ces allocations, dont le montant maximal est de 200 € par mois.
Enfin, si votre enfant a besoin de financer son permis de conduire, Il existe des prêts à taux zéro qui permettent de passer le permis pour 1 euro par jour.
L’État permet aux étudiants de bénéficier de cette aide en versant une compensation financière aux établissements de crédit qui octroient ce prêt.
Pour bénéficier de cette aide, votre enfant doit s’inscrire dans une auto-école partenaire de l’opération « permis à un euros par jour » et se rendre dans une banque, un établissement de crédit ou un organisme associé (assurance, etc.) également partenaire. Cette aide s'adresse aux jeunes âgés de 16 ans au moins et de 25 ans au plus.
Utile
Consultez le Calendrier scolaire vacances sur le site education.gouv.fr
Les + Société Générale
Bénéficiez du remboursement d’une partie de votre licence de rugby ou de golf .
Les + Société Générale
Des solutions dédiées à la vie étudiante
Le point sur votre budget
Après les vacances, il faut souvent refaire le point sur les dépenses quotidiennes. Un enfant étudiant dans une autre ville, une nouvelle femme de ménage, des cours de maths pour votre petit dernier : vous avez cette année des charges supplémentaires à imputer sur votre budget ? C’est le moment de réévaluer les plafonds de retrait de votre Carte bancaire et les montants de paiement mensuels. Vérifiez également les prélèvements automatiques sur vos comptes : vous devrez peut-être en mettre en place de nouveaux. La répartition de vos charges mensuelles ayant changé, il faut aussi réexaminer les montants des virements sur vos comptes d’épargne ou sur les comptes des enfants. Et n’oubliez pas de budgéter les prochaines vacances !
Internet : consultez et réalisez vos opérations gratuitement en toute sécurité.
Internet mobile : suivez vos comptes où vous voulez quand vous voulez.
Messalia : des SMS réguliers pour vous informer de la situation de votre compte.
3933(1) (service 0,30€/min + prix appel) : vos comptes par téléphone 24h/24, 7j/7.
L’Appli pour iPhone et Android : consultez la situation de votre compte et ses principales informations en un seul clic.
Les impôts et taxes de la rentrée
La rentrée est aussi fiscale. Tout d’abord avec le solde de l’impôt sur le revenu. La date limite de paiement est fixée, en principe, au 15 septembre. Au-delà, vous supporterez une majoration de 10 %. En payant en ligne, vous bénéficierez d’un délai supplémentaire de 5 jours. Son montant est égal à l'impôt sur le revenu calculé cette année déduction faite des deux acomptes versés (un en février et un en mai). Pour éviter les mauvaises surprises, calculez votre impôt sur impots.gouv.fr.
La taxe foncière, elle, devra être payée, en principe, avant le 17 octobre. En tant que propriétaire, vous devez l’acquitter tous les ans. Et n’oubliez pas que novembre est le mois de la taxe d'habitation ! Si vous trouvez que cette période est trop chargée pour votre budget, pensez au prélèvement mensuel pour étaler ces dépenses.
Si vous êtes locataire, il existe aussi d’autres taxes locales : la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (la TEOM) et la taxe de balayage (la TDB). Elles sont payées par votre bailleur, en même temps que ses impôts fonciers et il les répercute sur les charges récupérables. Attention, certains propriétaires n’incluent pas ces taxes dans les provisions pour charges et les réclament en une seule fois.
(1) Service Client3933
Depuis l'étranger +33 (1) 76 77 3933
Tarif au 01/10/2015.
Les + Société Générale
En cas d’utilisation de votre découvert, bénéficiez d’une réduction, voire d’une suppression de vos agios avec Piano . Alterna est un crédit renouvelable disponible à tout moment. Avec Déclic , versez automatiquement votre argent sur un compte épargne disponible.
En savoir plus
Le guide sur la fiscalité
Une nouvelle organisation
Chaque année, en septembre, on doit réorganiser le quotidien de toute la famille. Une fois les emplois du temps en place, il faut trouver la nouvelle baby-sitter, une femme de ménage, réserver des cours de piano ou de soutien scolaire ? Simplifiez-vous la vie en faisant appel à des professionnels qui recherchent pour vous la perle rare et s’occupent de la facturation.
N’oubliez pas qu’il existe des avantages fiscaux pour les gardes d’enfants et aides à domicile : vous pouvez obtenir une réduction ou un crédit d’impôt sur le revenu correspondant à la moitié des dépenses que vous payez, retenues dans une certaine limite (droit d’entrée et montant des prestations). Si vous êtes imposable sur les revenus, la moitié des dépenses engagées, retenues dans une certaine limite, est déduite du montant de votre impôt à payer. Si vous n’êtes pas imposable ou faiblement et si le crédit d'impôt est supérieur à votre impôt sur le revenu, vous bénéficiez sous conditions d’une restitution. Le Trésor Public fera un chèque en votre faveur !
Pour payer une personne que vous employez dans le cadre de vos activités familiales ou domestiques, vous pouvez utiliser le chèque emploi service universel. Les démarches déclaratives sont simplifiées et vous bénéficiez des avantages fiscaux liés à l'emploi d'une aide à domicile.
En adhérant au Cesu déclaratif, vous optez pour la déclaration de votre salarié par internet. Vous choisissez votre mode de paiement (chèques bancaires, virement...). Il n’est plus nécessaire de demander un chéquier de Chèques Emploi Service à votre agence bancaire. www.cesu.urssaf.fr
Des travaux dans la maison
Grand nettoyage, petites réparations, jardinage, plantations : il faut remettre la maison en route. Et préparer l’arrivée de l’hiver : remise en état du chauffage, de la chaudière, ramonage de la cheminée... C’est aussi l’occasion de réaliser des travaux d’économies d’énergie : installer une chaudière à condensation ou changer vos fenêtres et bénéficier du « crédit d’impôt développement durable ». Vous pouvez pour cela envisager un financement spécifique. Il s’applique principalement sur les équipements et matériaux : système solaire de production d’eau chaude, appareils de chauffage au bois, fenêtres, pompe à chaleur... Son taux varie entre 15 et 50 % en fonction du type de dépenses. Le logement concerné doit être la résidence principale du propriétaire, du locataire ou de l’occupant à titre gratuit et tous les travaux doivent être réalisés par des professionnels. Pour certains types de travaux, le prêt développement durable peut concerner aussi la résidence secondaire (cf attestation ADEME).
Pour les propriétaires, une autre solution de financement existe : l’éco-prêt à taux zéro. Il sert à financer jusqu’à 30 000 euros de travaux d’économies d’énergie pour toute résidence principale (prêt soumis à certaines conditions).
Mentions légales
(1) Dans la limite des dispositions contractuelles. Produit d'assurance dommages de SOGESSUR, d'assistance de Fragonard Assurance (prestations mises en œuvre par Mondial Assistance France), entreprises régies par le Code des assurances et soumises à l'Autorité de Contrôle Prudentiel (61 rue Taitbout - 75436 Paris cedex 09). Contrat présenté par la Société Générale, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann (Paris IXe), en sa qualité d'Intermédiaire en assurances, immatriculation ORIAS n° 07 022 493 ( www.orias.fr ). Offre valable en France métropolitaine et soumise à des conditions d'éligibilités.
Les + Société Générale
Les services à la personne : une gamme de 6 services à domicile.
Les + Société Générale
Pour financer travaux et équipements d’économies d’énergie : prêt développement durable , éco-prêt à taux zéro . Pour effectuer les petits travaux de remise en route de la maison, en toute sérénité, pensez au contrat Garantie des accidents de la vie 1 . Il couvre toute la famille dans les activités de la vie quotidienne (blessure en bricolant, glissade en enlevant les feuilles de la gouttière...).
Cliquez ici pour fermer la vidéo
 
Groupe Société Générale