Espace Conseil Bienvenue dans cet espace qui regroupe l'ensemble des guides, outils et conseils
pratiques de notre site, pour mieux vous accompagner dans tous vos projets !
Nouvelle recherche
Ma première déclaration d’impôt en 2015
Quels revenus déclarer, quand et comment ?
Déclarer ses revenus pour la première fois peut paraître complexe.
Quels revenus déclarer ? Comment et quand le faire ?
Suivez le guide.
Vaut-il mieux être rattaché au foyer fiscal de vos parents
ou faire votre propre déclaration ?
Si vous avez :
  • moins de 21 ans au 1er janvier de l’année d’imposition ;
  • ou moins de 25 ans et que vous poursuivez des études ;
vous pouvez être rattaché au foyer fiscal de vos parents.
Cela signifie que vos revenus sont déclarés par vos parents sur leur déclaration.
Ce rattachement peut présenter certains avantages.
Pour vos parents : une demi-part ou une part en plus de quotient familial,
une réduction d’impôt pour frais de scolarité, un abattement supplémentaire sur la taxe d’habitation …
Pour vous : vous êtes dispensé de remplir une déclaration personnelle ;
vos revenus éventuels sont taxés avec ceux de vos parents.
Attention, avec cette option fiscale, vous ne pourrez pas bénéficier du crédit d'impôt si vous contractez un prêt pour financer vos études.
L’imposition distincte peut également présenter certains avantages.
Vos parents peuvent vous verser une pension alimentaire déductible de leurs impôts, mais imposable pour le même montant, sur vos revenus. Vous devez donc la déclarer sur votre propre déclaration. Compte tenu du faible montant déclaré, cela n'aboutit souvent à aucune imposition supplémentaire.
Attention, avec cette option fiscale, vous serez redevable de la taxe d'habitation et de la redevance audiovisuelle si vous disposez d’un logement étudiant.
Pour définir quelle est l’option fiscale la plus avantageuse, n’hésitez pas à faire des simulations en ligne sur le site Impots.gouv.fr. et comparez le montant de l’impôt obtenu dans les deux cas. N’oubliez pas de prendre ensuite en compte les autres paramètres, tels que la taxe d'habitation pour déterminer le coût fiscal total pour vos parents et vous.
Le choix entre déclaration individuelle ou rattachement au foyer fiscal
de vos parents peut être révisé chaque année. Vous pouvez tout à fait en 2012 avoir été rattaché au foyer fiscal de vos parents puis, en 2013, avoir déclaré vos revenus individuellement puis revenir dans le foyer fiscal de vos parents en 2014 tant que vous remplissez les conditions en 2014.
Que faire si vous n’avez pas perçu de revenus en 2014 ?
Vous devez déclarer l’absence de revenus. Dans ce cas-là, indiquez 0 EUR comme montant de vos revenus perçus en 2014.
Si vous déclarez des revenus inférieurs à 9 690 EUR, votre taux d’imposition est égal à 0 % ; vous recevrez alors un avis de non-imposition.
Cet avis est indispensable pour obtenir certains avantages : exonérations de taxes d’habitation, foncière, de redevance audiovisuelle, avantages sociaux, prime pour l’emploi (PPE), possibilité d’ouvrir un Livret d’Épargne Populaire (LEP), etc.
Quels revenus déclarer ?
Attention ! Pour votre déclaration 2015, sont uniquement concernés
les revenus que vous avez perçus sur l’année 2014.
> Les principaux revenus imposables (à déclarer)
Les revenus perçus pour une activité salariée.
Si cette activité est exercée en parallèle de vos études (jobs étudiants, jobs d’été, etc.), les revenus perçus au delà de la limite annuelle de 3 fois le montant du SMIC mensuel, soit 4 336 EUR.
Les indemnités de stage en entreprise, à l’exception des stages obligatoires
de moins de 3 mois faisant partie intégrante de votre cursus scolaire.
Les salaires perçus dans le cadre de votre apprentissage, au delà de la limite annuelle de 17 345 EUR.
Les allocations d'année préparatoire et les allocations d'institut universitaire de formation des maîtres (IUFM).
Les bourses d'études allouées pour des travaux ou des recherches déterminés.
Toute personne âgée de plus de 18 ans domiciliée en France a intérêt
à établir une déclaration de ses revenus et ce, même si elle ne perçoit pas encore de revenus ou trop peu pour être imposable.
> Les principaux revenus non-imposables (à ne pas déclarer)
Revenus perçus pour une activité salariée, exercée en parallèle de vos études (jobs étudiants, jobs d’été, etc.) :
  • dans la limite annuelle de 3 fois le montant mensuel du SMIC, soit 4 336 EUR ;
  • si vous êtes âgé de 25 ans au plus au 1er janvier de l'année d'imposition.
Les salaires perçus dans le cadre de votre apprentissage, dans la limite annuelle de 17 345 EUR.
Les indemnités des stages obligatoires de moins de 3 mois, faisant partie intégrante de votre cursus scolaire.
Les bourses d’études accordées suivant des critères sociaux.
L’aide personnalisée au logement (APL).
Où trouver les informations que vous devez déclarer ?
Il n’existe pas de document récapitulant l’ensemble des informations à déclarer pour la totalité de vos revenus. C’est à vous de faire le travail en archivant tous les documents utiles, pour chaque source de revenus. Une déclaration d’impôt se prépare ainsi dès le début de l’année. De manière générale, tous les documents officiels stipulant une rentrée ou une sortie d’argent doivent être conservés : bulletins de salaire, fiches d’indemnités de stage, documents de banque, justificatifs de dons, factures de travaux, justificatifs de charge si vous êtes propriétaire, etc. Y sont inscrits les montants exacts à reporter sur votre déclaration avec le code de la case à remplir.
En cas de perte de ces documents, vous devrez probablement payer pour obtenir des duplicatas.
De quelle façon déclarer ?

En ligne ou par smartphone
Si vous avez 20 ans au moins et que vous avez reçu un courrier de l’administration fiscale contenant vos identifiants (numéro fiscal et numéro de télédéclarant), vous pouvez déclarer vos impôts en ligne en vous connectant sur le site www.impots.gouv.fr.
Si vous n'avez aucune modification à apporter à votre déclaration préremplie, vous pouvez également déclarer vos revenus par smartphone. Il suffit :
  • de télécharger l’application gratuite « Impots.gouv » (disponible sur Google Play, App Store ou WindowsPhone store),
  • puis d’utiliser le flashcode porté sur la lettre qui vous a été adressée et qui contient vos identifiants de connexion.
Par courrier
Dans les autres cas, vous devez remplir votre déclaration sur papier.
N’attendez pas de recevoir un formulaire de déclaration, c’est à vous de faire spontanément la démarche de le récupérer. Il est disponible dès la fin du mois d'avril. Evitez de vous y prendre au dernier moment !
Vous pouvez le télécharger sur www.impots.gouv.fr, (numéro d'imprimé 2042, année 2015) ou le retirer au centre des finances publiques de votre domicile (centre des impôts ou service des impôts des particuliers).
Dans les deux cas
Suivez bien les instructions de la notice d’information qui accompagne le formulaire. N’hésitez pas à demander de l’aide à vos parents ou directement à l’administration fiscale qui peut répondre à toutes vos questions et vous aider à remplir votre déclaration.
Par téléphone au 0810 IMPOTS (0810 467 687), ou directement dans votre centre des impôts.
Rappelez-vous : toute question mérite d’être posée !
N'oubliez pas :
  • de cocher la case 1ère déclaration sur la 1ère page du formulaire ;
  • de compléter les informations demandées dans le document complémentaire intégré à la déclaration (nom et adresse de vos parents si vous étiez rattaché à leur foyer fiscal l’année précédente) ;
  • de joindre les documents indiqués (copie du bail de location, attestation d'hébergement).
Comment obtenir la prime pour l’emploi (PPE) ?
Afin d’encourager le retour à l’emploi et le maintien de l’activité, l’état accorde un crédit d’impôt aux foyers fiscaux dont les revenus sont inférieurs à certains seuils. Il s’agit de la prime pour l’emploi (PPE).
Qui peut en bénéficier ?
Chaque situation est étudiée au cas par cas par l'administration fiscale. C'est seulement à réception de votre avis d'imposition que vous saurez si vous pouvez en bénéficier et, le cas échéant, son montant.
Par exemple, un célibataire sans enfant peut bénéficiez de la prime pour l’emploi si :
  • son revenu fiscal ne dépasse 16 251 EUR ;
  • ses revenus d'activité sont compris entre 3 743 EUR et 17 451 EUR.
Rendez-vous sur http://vosdroits.service-public.fr/F2882.xhtml pour accéder à la notice complète fournie par le gouvernement et connaître les conditions à remplir pour en bénéficier.
Quelles sont les démarches à effectuer ?
Pour obtenir la prime pour l’emploi (PPE), il vous suffit d'inscrire la totalité des revenus perçus et de compléter la partie "Prime pour l'emploi" sur la déclaration de revenu 2042 en page 3.
Pour être remboursé plus tôt, n’oubliez pas de saisir vos coordonnées bancaires page 2 de la déclaration.
Le montant du RSA est déduit du montant de la PPE. L'administration fiscale calcule automatiquement cette prime d'après les déclarations que leur avez envoyées. Le montant de la prime est indiqué sur votre avis d'imposition sur le revenu.
A quel moment envoyer votre déclaration de revenus ?
Consultez notre carte de France interactive pour connaître la date limite de dépôt de la déclaration par courrier ou sur Internet selon votre région.
Comment estimer le montant de votre impôt ?
Estimer le montant de votre impôt peut vous permettre de savoir quelle somme vous devez mettre de côté en prévision de son paiement.
Une fiche de calcul est fournie avec la feuille de déclaration mais le plus simple est d’utiliser l’outil de simulation mis à votre disposition sur le site de l’administration fiscale.
À quel moment et comment payer votre impôt ?
Quelques mois après avoir déposé votre déclaration, vous recevez par courrier un avis d’imposition, qui précise le montant et l’échéance de paiement.
La première année, vous n’avez pas le choix.
Vous devez payer votre impôt en une seule fois au mois de septembre.
Les années suivantes, vous avez le choix.
Paiement par tiers provisionnel, autrement dit, en 3 fois. Le premier tiers est à payer le 15 février, le deuxième tiers le 15 mai et enfin le troisième le 15 septembre.
Mensualisation : l’impôt est alors à payer en 10 prélèvements, du mois de janvier au mois d'octobre, entre le 15 et le 17 de chaque mois.
Il faut préciser votre choix à l’administration fiscale. Pour cela, rendez-vous dans votre centre des impôts ou bien modifiez vos préférences en ligne sur www.impot.gouv.fr.
L’impôt sur le revenu n’est pas le seul impôt dont il faut s’acquitter.
Selon votre situation, vous devrez peut-être payer également la taxe d’habitation,la taxe foncière ou encore la taxe des ordures ménagères pour les taxes les plus courantes. Renseignez-vous et pensez à mettre de l’argent de côté le plus tôt possible !
Que faire en cas de retard ou d’erreur sur votre déclaration ?
Oubli, retard ou fausse déclaration peuvent vous coûter cher !
En cas de dépôt tardif de votre déclaration de revenus (dès le 1er jour), un intérêt de retard de 0,40 % par mois peut vous être appliqué ainsi qu'une majoration de
10 %. En cas de non-dépôt de la déclaration après une première mise en demeure, la majoration est portée à 40 %, puis à 80 % après une seconde mise en demeure. Pour vous éviter ce genre de désagréments, lisez attentivement les courriers du Trésor Public : tout y est indiqué.
En cas d’erreur en votre faveur, contactez immédiatement l’administration fiscale pour régulariser.
La marge de tolérance est fixée à 5 %. Cela signifie que si cette erreur est inférieure à 5 % du montant total déclaré, aucune pénalité n’est appliquée. Il suffit de régulariser le paiement.
Au delà de 5 %, un intérêt dit de retard au taux mensuel de 0,75 % est appliqué, en plus de la régularisation.
Plus vous attendez, plus la pénalité est élevée.
Enfin, en cas d’erreur en votre défaveur, la situation peut être corrigée même si l’erreur provient de vous. Vous devez simplement adresser une réclamation à votre centre des finances publiques.
Quelle option fiscale choisir pour mon épargne ?
Impôt sur le revenu ou taxation forfaitaire de 24 % ? Une question à laquelle vous devez répondre lors de la souscription d’un produit de placement à revenu fixe (comme les obligations françaises, comptes à terme, comptes sur livrets, superlivrets ou encore les comptes de particuliers rémunérés).
Ce choix détermine le montant des impôts que vous allez payer sur les revenus générés par vos placements.
En principe, les placements à revenu fixe sont imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu : les intérêts qu’ils vous rapportent s’ajoutent à vos autres revenus. Ils sont ainsi taxés à hauteur de votre taux marginal d’imposition (TMI).
Mais à la place du barème progressif, vous pouvez choisir une taxation forfaitaire si vous avez perçu moins de 2 000 € d’intérêts en 2014. Dans ce cas, les revenus que vos placements vous rapportent sont taxés à 24 %.
L’option pour la taxation forfaitaire s’effectue sur la déclaration des revenus.
Prenez le temps d’étudier la question et de faire quelques calculs pour déterminer l’option la plus avantageuse pour vous. Pour cela, identifiez votre taux marginal d’imposition (voir le barème d’imposition) puis, comparez ce taux à celui de la taxation forfaitaire (24 %). La taxation forfaitaire de 24 % est :
  • avantageuse si votre TMI atteint au moins 30 % ;
  • défavorable si votre TMI est de 0 % ou 14 %.
À noter : en plus de l’impôt sur le revenu, les produits de placements à revenu fixe sont imposés aux prélèvements sociaux de 15,5 %, prélevés à la source par la banque. Ils supportent également un autre prélèvement à la source de 24 %, à titre d’acompte de l’impôt sur le revenu. Vous pouvez être dispensé de cet acompte si votre revenu fiscal de référence est inférieur à 25 000 EUR (50 000 EUR pour un couple).
En savoir plus
Pour connaître les coordonnées de votre centre des finances publiques, rendez-vous sur : http://www.impots.gouv.fr et renseignez votre code postal dans la rubrique
« contact » puis « vos services locaux ».
En savoir plus
Pour plus d'infos,
rendez-vous sur vosdroits.service-public.fr
baromètre
Cliquez ici pour fermer la vidéo
 
Groupe Société Générale