Espace Conseil Bienvenue dans cet espace qui regroupe l'ensemble des guides, outils et conseils
pratiques de notre site, pour mieux vous accompagner dans tous vos projets !
Nouvelle recherche
L’installation des jeunes actifs
Jeunes actifs : à la recherche de votre premier logement !
Vous faites vos premiers pas dans la vie active et vous partez à la recherche de votre premier logement. Locataire ou propriétaire, comment faire le bon choix ? Comment concrétiser votre projet immobilier ? Quelques conseils pratiques pour trouver le logement de vos rêves et vous y installer.
Maintenant que vous êtes indépendant financièrement, vous pouvez faire des projets : partir de chez vos parents, vous installer « chez vous ».
Acheter ou louer : comment savoir ?
Faire le compte de vos économies
Avez-vous un peu d’épargne disponible à consacrer à un projet immobilier ? Même si vous ne travaillez pas depuis très longtemps, vous avez peut-être quelques économies : un livret d’épargne, un placement en assurance vie ou un PEL ouvert quand vous étiez enfant ? Si votre employeur propose un plan d’épargne entreprise, vous avez peut-être eu le temps de faire quelques versements ces dernières années ? Les sommes sont bloquées 5 ans, mais l’acquisition de la résidence principale est un motif de déblocage anticipé.
Enfin, l’aide de vos parents ou grands-parents peut s’avèrer précieuse. Un don d’argent, par exemple, est un vrai coup de pouce pour un jeune qui démarre. Avec un apport personnel plus important, vous pouvez chercher un logement plus grand ou emprunter une somme moins élevée. Le prêt familial est une autre option intéressante : vous ne payez pas d’intérêts ; vous devez seulement déclarer le prêt à votre centre des impôts.
Tous les six ans, les parents peuvent donner jusqu’à 159 325 EUR à chacun de leurs enfants, sans droits de succession (31 865 EUR pour les grands-parents et 5 310 EUR pour les arrière petits-enfants).
En savoir plus >>
Locataire ou propriétaire ?
Cette décision dépend de votre situation, de vos motivations ou encore de l’endroit dans lequel vous vivez. Vous privilégiez la liberté et la mobilité et vous n’avez pas envie de vous engager à long terme ? Mieux vaut alors peut-être opter pour la location.
De même si vous souhaitez garder votre épargne disponible et ne pas avoir de charges d’emprunt trop élevées.
A l’inverse, si vous n’imaginez pas verser un loyer à fonds perdus pendant des années, optez pour l’accès à la propriété. Un achat immobilier est un placement. C’est un moyen de se protéger contre les aléas financiers ou la précarité. C’est aussi une façon de préparer votre retraite : plus vous achetez jeune, plus vous augmentez les chances de finir de payer votre logement avant votre cessation d’activité. Votre budget se trouvera alors allégé des dépenses liées à votre logement.
En résumé, si vous avez un apport personnel, l’acquisition de votre résidence principale reste un bon calcul : pensez-y dès votre entrée dans la vie active.
Rechercher un logement
Pour acheter, comme pour louer, il vous faut commencer par définir précisément vos besoins. Faites l’inventaire de vos envies, de vos habitudes et de vos priorités : appartement ou maison, choix d’une ville et d’un quartier, proximité de votre lieu de travail ou de vos proches...
En fonction de votre budget, vous saurez quel type de logement vous devez chercher.
Ensuite, vous n’avez plus qu’à prospecter : petites annonces, voisinage, bouche-à-oreille, sites Internet...
Vous pouvez aussi consulter les professionnels : agents immobiliers, notaires, administrateurs de biens.
Armez-vous de patience, une bonne recherche prend parfois du temps.
Et pensez à poser les bonnes questions : surface exacte, orientation, voisinage, vue, montant des charges...
Organisez-vous pour visiter en plein jour, si possible avec un ami ou un parent. Si le logement vous plaît, demandez à refaire une visite à une heure différente.
Ne vous laissez pas séduire au premier coup d’œil, observez tout : le quartier, les transports, le bruit, la luminosité, le voisinage, les installations électriques, le chauffage, les parties communes...
N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel, qui vous aidera à vérifier l’état du logement et à évaluer les éventuels travaux.
Depuis le 1er janvier 2011 : l’affichage de la performance énergétique du logement est obligatoire dans les annonces immobilières de vente et de location affichées en vitrine, dans la presse et sur le Web.
Définir le montant de votre achat
Le premier achat est une étape importante car c’est souvent le point de départ d’autres investissements immobiliers.
Pour définir le budget que vous pouvez consacrer à l’achat de votre logement, vous devez d’abord estimer le montant de votre apport personnel.
Faites le compte de toutes vos économies (voir ci-dessus) : plus votre apport sera important, moins vous devrez emprunter.
Ensuite, il vous faut estimer le montant à emprunter. Un prêt vous engage pour plusieurs années. Il est donc important d’évaluer correctement votre capacité de remboursement. Projetez-vous dans l’avenir et anticipez l’évolution de vos revenus et dépenses. Tenez compte de votre situation personnelle, de vos futures augmentations de salaires mais aussi des charges à venir (frais de garde pour les enfants, achat d’une nouvelle voiture...).
Une fois ces calculs effectués, vous avez une idée du montant total dont vous disposez. Vous savez donc dans quelle fourchette de prix chercher votre bien.
Attention, n’oubliez pas d’inclure dans votre budget total tous les frais supplémentaires liés à l’opération(notaire, éventuels travaux à réaliser, frais liés au financement…).
Il est aussi important de bien évaluer le montant des charges liées au logement : charges de copropriété, taxe d’habitation mais aussi taxe foncière.
Enfin, pensez à garder un peu d’épargne au cas où : vous n’êtes pas à l’abri d’un imprévu !
Quels prêts choisir ?
Vous avez des économies mais elles ne suffisent pas pour financer le bien qui vous plaît ?
Pour une première acquisition, vous pouvez bénéficier de prêts réglementés permettant d’obtenir des conditions avantageuses : PTZ+, prêt d’accession sociale, prêt conventionné, prêt épargne logement...
En complément, votre banque peut vous proposer des financements immobiliers qui s’adapteront à votre situation. Pensez à étudier toutes les possibilités afin de trouver celle qui répond le mieux à vos besoins.
Parlez-en à votre conseiller : aujourd’hui, un prêt immobilier est souvent accessible même avec un faible apport personnel.
Quel prêt choisir ? Pour tout savoir sur les différents prêts proposés
Quels documents apporter pour un 1er RDV ? Pour obtenir un prêt, vous devez constituer un dossier complet qui permettra à votre banque de vous proposer le prêt le mieux adapté.
  • Le projet:
    • - tout document disponible relatif à votre projet immobilier (contrat de réservation, compromis de vente, devis…)
  • Les ressources :
    • - vos 3 derniers bulletins de salaire (ou le dernier si salaires déjà versés sur un compte Société Générale) ;
    • - vos 2 dernières liasses fiscales (2035-2050) pour les non salariés (artisans, professions libérales…) ;
    • - l’avis d’imposition de l’année en cours (si disponible) ;
    • - l’avis d’imposition de l’année précédente ;
    • - tous les documents concernant votre apport personnel : donation, relevé d’épargne entreprise, relevés de livrets, épargne logement...
  • Les charges :
    • - les 3 derniers mois de relevés de compte(s) bancaire(s) autres que Société Générale.
Zoom sur
Les différentes étapes de l’achat.
saviez vous
Vous pouvez cumuler plusieurs petits prêts pour compléter votre apport personnel.
Trouver un logement
Vous êtes en pleine recherche : pour bien la cibler, commencez par définir votre budget mensuel. Celui-ci doit inclure le loyer et les charges, c’est-à-dire les taxes liées à la location : ordures ménagères, assainissement. Elles comprennent également les consommations privées de votre logement (eau, chauffage...) mais aussi les frais liés aux espaces communs (électricité, eau, chauffage, ventilation...).
Attention, les charges locatives sont plus élevées quand les équipements sont nombreux : ascenseur, interphone, gardien, jardins... Pensez à inclure aussi la taxe d’habitation dans votre budget. Elle est due par celui qui occupe le logement au 1er janvier.
Vous avez trouvé le logement de vos rêves : lors de la visite, faites bonne impression. Montrez-vous sérieux et responsable. Le propriétaire doit être rassuré et ne pas avoir d’inquiétudes sur votre solvabilité. Si cela est possible, faites-vous accompagner par vos parents, surtout s’ils se portent caution. Constituez un dossier avec les copies des justificatifs demandés (voir ci-dessous) afin de le remettre directement au propriétaire lors de la visite. Vous gagnerez du temps.
Plusieurs fiches de paye, votre déclaration d’impôt sur le revenu, une pièce d’identité, un relevé d’identité bancaire. Eventuellement votre dernière quittance de loyer si vous étiez déjà locataire. Si vous proposez une caution solidaire, la personne se portant caution devra fournir ces mêmes pièces.
Prévoir les frais annexes
Même si vous vous engagez à payer votre loyer chaque mois, le propriétaire peut exiger une « caution » : c’est l’engagement d’un tiers de payer le loyer et les charges en cas de défaillance du locataire. Il s’agit en général d’un membre de la famille. Celui-ci signe un acte qui donne le détail de ses engagements (montant, durée) et doit fournir tous les justificatifs prouvant sa solvabilité.
Si aucun de vos proches ne peut se porter caution, vous pouvez opter pour la garantie Loca-Pass : elle peut couvrir jusqu’à 18 mensualités de loyers et de charges en cas d’impayés. C’est une aide sans intérêts pour le locataire, accordée par les organismes d’Action Logement.
Attention la garantie loca-pass ne concerne que les logements appartenant à des personnes morales (organismes HLM par exemple)
A la signature du contrat, vous devez par ailleurs verser un dépôt de garantie au propriétaire (environ un mois de loyer). Il vous sera restitué en fin de location. Le locataire pourra cependant en déduire les sommes dues en cas de détériorations ou de charges impayées.
Pour financer cette somme vous pouvez avoir recours à l’avance Loca-Pass, un prêt accordé par l’organisme Action Logement.
Effectuer un état des lieux précis
N’oubliez pas de faire un état des lieux avec le propriétaire avant de prendre possession du logement. En l’absence d’état des lieux, le locataire est présumé être arrivé dans un logement en bon état.
Vous pourriez donc être tenu responsable des éventuelles dégradations.
Choisissez le bon moment : pendant qu’il fait encore jour et quand le lieu est vide. L’objectif est de constater l’état du logement, pièce par pièce, et poste par poste : peinture, plafond, sols... Ouvrez et fermez portes et fenêtres, testez la plomberie et l’électricité. Prenez votre temps pour ne rien oublier : notez les éventuelles détériorations, même minimes. Vous pouvez si besoin faire des réserves et ajouter des photos.
Enfin, pensez à relever les compteurs d’eau, de gaz et d’électricité pour arrêter les comptes du précédent locataire.
La signature du contrat de bail
Vous avez trouvé le logement qui vous plaît et votre dossier a été accepté par le propriétaire. Vous devez signer un « bail » ou « contrat de location ». Ce document écrit précise les droits et les obligations du propriétaire et du locataire. Il contient toutes les indications nécessaires : identité du propriétaire et son adresse, durée de location, descriptif du logement, montant du loyer et des charges... Le contenu du bail varie en fonction de la nature de la location : vide ou meublé.
Les documents à joindre au bail
  • L’état des lieux.
  • L’attestation d’assurance contre les risques locatifs.
  • Si besoin, l’engagement de caution d’un tiers, mentionnant la durée et l’étendue de la caution.
  • Le dossier de diagnostic technique du logement, incluant le diagnostic de performance énergétique, le constat de risque d’exposition au plomb et l’état des risques naturels et technologiques.
Ce qu’il vous faut payer à la signature du contrat de bail
  • Le premier mois de loyer (généralement payable d’avance).
  • Le dépôt de garantie (limité à un mois de loyer hors charges).
  • Les honoraires du notaire ou de l’agent immobilier (négociation et frais de rédaction du bail) : à partager entre le propriétaire et le locataire.
  • Votre assurance habitation.
  • L’ouverture des compteurs d’eau, d’électricité et de gaz.
  • Les frais éventuels de caution d’un tiers.
  • Les frais d’état des lieux si celui-ci a été établi par un huissier.
Ne versez pas d'argent avant la signature du contrat de bail (pas de « chèque de réservation »). Ensuite, une fois le contrat signé, vous pouvez payer par chèque et demander un reçu précisant le motif et le montant du versement.
Elle consiste à partager un logement à plusieurs (au moins deux personnes), chacun étant signataire d’un contrat de location avec le même propriétaire. Aujourd’hui, de nombreux locataires choisissent cette formule afin de réduire le prix de leur location.
Le prix de votre loyer
Le loyer de départ est fixé librement par votre propriétaire. Vous l’avez accepté en louant le bien. En contrepartie, vous pouvez demander une quittance indiquant le montant du loyer et des charges payées. En cours de bail, le loyer peut être révisé une fois par an, si une clause incluse dans le bail le prévoit. L’augmentation ne peut être supérieure à la variation de l’indice de référence des loyers, publié chaque trimestre par l’Insee et au Journal Officiel.
Vous pouvez consulter des références de loyers pour des logements équivalents à celui que vous souhaitez louer. Pour Paris et la région parisienne, renseignez-vous auprès de l'observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (OLAP) : www.olap.asso.fr.
Pour les autres communes, contactez votre agence départementale d'information sur le logement (Adil): www.anil.org
saviez vous
La loi du 6 juillet 1989 a fixé les règles de base pour toute location. Le logement doit être « décent » : le propriétaire doit s’assurer que le logement loué répond à toutes les mesures de sécurité et de salubrité. Il doit être sans risques pour la sécurité physique ou la santé de son locataire et conforme à l’usage d’habitation. De plus, sa surface habitable doit être au moins égale à 9 m2 et sa hauteur sous plafond au moins égale à 2,20 m.
Bon à savoir
En tant que locataire, vous pouvez, sous condition de ressources, bénéficier d’une aide au logement : allocation logement ou aide personnalisée au logement (APL). Renseignez-vous auprès de votre CAF
Un exemplaire de l’état des lieux doit être annexé au contrat de bail.
Bon à savoir
Un état des lieux n’engendre aucun frais, sauf s’il doit être effectué par un huissier. Dans cette hypothèse, les frais sont à partager entre le propriétaire et le locataire.
Bon à savoir
En 2010, en France, le prix moyen du loyer est de
12,20 EUR/m2. De grandes disparités existent entre les régions : 22,3 EUR/m² à Paris, contre 9,4 EUR/m² à Bourges ou encore 14,7 EUR/m² à Aix-en-Provence. (source PAP)
Propriétaire ou locataire, vous voilà chez vous !
Quelques conseils pour ne rien oublier et réussir votre installation
Souscrire une assurance habitation
Propriétaire ou locataire, vous êtes responsable des éventuels dommages causés à votre logement. Vous devez donc souscrire une assurance qui couvre votre habitation, son contenu et ses occupants dans différents types d’événements.
Elle doit au minimum inclure des garanties en matière d’incendie, de tempête, de catastrophe naturelle et de dégât des eaux. Elle doit également comporter une garantie « responsabilité civile » pour les dommages que vous pourriez causer à autrui.
Vous pouvez compléter avec les risques vol, assurance du mobilier, bris de glaces ou dommages électriques...
Veillez à choisir l’assurance la plus adaptée à votre logement et à vos biens. Sinon, vous risquez d’être mal indemnisé en cas de sinistre. Ou, à l’inverse, vous paierez une cotisation trop élevée si vous avez surestimé la valeur de vos biens.
Si vous êtes locataire, vous avez l’obligation de souscrire une assurance. Sinon, le propriétaire peut vous refuser la location. L’attestation d’assurance sera annexée au contrat de location.
Si vous êtes propriétaire, l’assurance habitation n’est pas obligatoire. Cependant, elle est fortement conseillée pour des raisons évidentes de protection de vos biens et de prise en charge des dégâts causés à autrui.
Organiser votre déménagement
Pour vous aider à déménager, vous pouvez faire appel à une entreprise professionnelle portant le label « NF Service ». Contactez deux ou trois sociétés pour pouvoir comparer les devis. Ne tardez pas : les dates ne sont bloquées qu’une fois le devis signé et les arrhes versées (généralement 30 % du devis).
Le responsable doit se déplacer chez vous pour évaluer le volume à transporter et les conditions dans lesquelles il pourra travailler. Trois formules sont généralement proposées : de la plus complète à la plus économique. A vous de voir, en fonction des tarifs, si vous laissez les déménageurs s’occuper de tout ou si vous vous chargez vous-même d’emballer vos verres en cristal !
Remplissez soigneusement la déclaration de valeur de la totalité de vos effets et mobiliers. C’est ce document qui détermine les modalités d’indemnisation en cas de dommages.
Si vous n’avez pas le budget pour un déménagement avec des professionnels, pensez à prévenir les copains ! Vous pourrez louer un véhicule utilitaire. Dans ce cas, étudiez l’assurance proposée par le loueur : celle-ci ne couvrira peut-être pas les éventuels dommages causés aux objets transportés, ni l’aide bénévole de vos amis. Mieux vaut être prudent : vérifiez que votre multirisques habitation comporte ces garanties.
Sinon, vous pouvez souscrire une assurance complémentaire.
Enfin, pensez à prévenir vos voisins et le gardien de l’immeuble de la date prévue pour votre déménagement.
Les formalités de changement d’adresse
Avec ce déménagement, vous voilà dans les formalités administratives : vous devez informer de nombreux organismes de votre changement d’adresse.
  • Caisse d’allocations familiales.
  • Caisse primaire d’assurance.
  • Mutuelle et caisses de retraite.
  • Pôle Emploi.
  • Compagnies d’assurances : vous devez souscrire une assurance habitation (cf ci-dessus) mais aussi modifier vos assurances auto ou moto.
  • Centre des impôts : pour l’impôt sur le revenu, si votre déménagement a lieu avant le 28 février, la déclaration se fait à la trésorerie de l’ancienne adresse. Pour les impôts locaux : la taxe d'habitation est payée par l'occupant des lieux au 1er janvier. La taxe foncière par le propriétaire des lieux au 1er janvier.
  • Banque : si votre déménagement entraîne un changement d’agence et de numéro de compte, vous devez signaler votre nouvelle identité bancaire à tous les organismes qui effectuent des prélèvements automatiques sur votre compte.
  • Électricité, gaz, téléphone : contacter les agences locales pour connaître la procédure.
  • Opérateur téléphonique : demander la résiliation ou le transfert de ligne.
  • Ecoles : demander un transfert de dossier scolaire.
  • Pour vos papiers (carte d’identité et passeport), adressez-vous à votre mairie. Pensez aussi à votre carte d’électeur : vous devez vous inscrire sur la liste électorale de votre nouvelle adresse.
  • L’enregistrement de vos nouvelles coordonnées par tous ces organismes peut prendre un peu de temps : en attendant, demandez la réexpédition de votre courrier par La Poste.
  • Carte grise : N'oubliez pas de faire enregistrer votre changement d'adresse.
Le changement d'adresse est obligatoire pour votre certificat d’immatriculation (carte grise). Vous devez le signaler à la Préfecture du lieu d'arrivée dans un délai maximum d'un mois.
Vous équiper
Enfin chez vous ! C’est le moment de vous installer : vous pouvez enfin vous occuper de l’aménagement intérieur et de la déco. Votre commode d’enfant, un vieux clic-clac, des étagères : vous avez récupéré des éléments chez vos parents mais vous avez besoin d’investir dans quelques meubles ? Machine à laver, fer à repasser, four, plaques : vous devez aussi vous équiper en électroménager ? Sans oublier l’informatique, la hi-fi et votre touche personnelle !
S’installer, c’est faire face à de nombreuses dépenses en même temps. Mais rassurez-vous, il existe des solutions pour donner un peu de souplesse à votre budget ou pour vous aider à financer ces projets : parlez-en avec votre conseiller.
Et puis quand on devient propriétaire, il est fréquent d’entreprendre des travaux dans son nouveau logement. Isolation du grenier, changement de fenêtres, renouvellement de chaudière… Sachez que les travaux qui permettent de réaliser des économies d’énergie donnent droit à un crédit d’impôt. Renseignez-vous !
Bon à savoir
Si vous êtes locataire, votre propriétaire n’a pas le droit de vous imposer une compagnie pour la souscription de votre assurance habitation.
Le plus Société Générale
Assurance Habitation : des garanties essentielles qui s’adaptent à tous vos besoins
Le plus Société Générale
Si vous changez d’agence à l’occasion d’un déménagement ou d’une mobilité professionnelle, vous n’avez pas de démarches à accomplir car vous conservez le même numéro de compte
saviez vous
Si vous êtes salarié, vous avez certainement droit à un jour de congé pour votre déménagement. Certaines entreprises offrent même une prime de déménagement. Renseignez-vous auprès de votre service des ressources humaines.
Bon à savoir
La Poste propose une solution « tout en un » pour le déménagement (environ
34 EUR) : la réexpédition définitive de votre courrier ainsi que des supports destinés à vous accompagner à chaque étape de votre déménagement.
En savoir plus >>
Le plus Société Générale
 
Groupe Société Générale