Vous êtes ici
La retraite en 10 questions
De nombreuses transformations bousculent depuis quelques années notre système Français de retraite. Les réformes ont conduit à l'allongement de la durée de cotisation, au relèvement de l’âge de départ en retraite et parfois à la baisse des pensions.
La retraite, pourquoi s’en préoccuper ?
L’espérance de vie augmente. En 2010, la France comptait 15,5 millions de retraités. Leur nombre devrait avoir doublé en 2050.
Or, notre système de retraite par répartition est fondé sur la solidarité entre générations : les pensions versées aux retraités dans l’année sont financées par les cotisations des actifs payées la même année. Le nombre de cotisants pour un retraité, qui était de 4 pour 1 en 1960, est passé à 1,8 pour 1 en 2010. Il est estimé à 1,2 pour 1 en 2050. Résultat : le montant des pensions diminue. Par exemple, un cadre du secteur privé touchera 62 % de son dernier revenu perçu s’il prend sa retraite en 2020 ; 58 % s’il la prend en 2040.
De plus, le système des retraites fait régulièrement l’objet de réformes. Il subsistera toujours un socle mais son montant devient incertain. Il est donc important de vous préoccuper suffisamment tôt de votre retraite pour anticiper ces transformations et vous projeter de manière plus sereine, l’objectif étant de vous assurer que vous disposerez le moment venu, de revenus suffisants pour répondre à vos besoins.  
Comment faire le point sur mes droits à la retraite ?
Pour vous aider à effectuer votre reconstitution de carrière et en savoir plus sur votre retraite, le GIP info Retraite vous adresse automatiquement tous les 5 ans des documents récapitulatifs.
  • Tous les 5 ans, à partir de 35 ans : votre « relevé de situation individuelle » (RSI). Il récapitule toute votre carrière : liste des régimes auxquels vous avez cotisé, rémunérations, durées de cotisation, événements professionnels ou personnels (chômage, apprentissage, maternité, maladie...). Votre RSI peut également vous être adressé sur demande, quel que soit votre âge, tous les deux ans maximum.
  • À partir de 55 ans : une « estimation indicative globale » (EIG). Elle récapitule vos droits acquis et évalue le montant futur de votre pension estimée à différents âges de départ à la retraite.
Comment estimer le montant de ma retraite ?
Le montant de votre retraite de base dépend entre autre du nombre de trimestres cotisés. Pour obtenir une retraite à taux plein, vous devez justifier d’un nombre de trimestres fixés en fonction de votre date de naissance.
Le montant de votre retraite complémentaire dépend entre autre du nombre de points cotisés auprès de votre caisse de retraite complémentaire. Pour obtenir votre pension annuelle, vous devez multiplier le nombre de points obtenus par la valeur du point en vigueur dans chaque régime au moment de votre départ à la retraite.
Quand pourrai-je partir à la retraite ?
Depuis la dernière réforme, l’âge légal de départ à la retraite passe progressivement de 60 à 62 ans, selon l’année de naissance. C’est l’âge auquel vous avez le droit de demander votre retraite. Cependant, lorsque vous atteindrez cet âge, vous n’aurez pas forcément réuni le nombre de trimestres requis pour bénéficier d’une pension à taux plein. Dans ce cas, vous aurez le choix entre :
  • quitter la vie active et toucher une pension réduite ;
  • continuer à travailler pour réunir des trimestres complémentaires.
Ensuite, le nombre de trimestres nécessaires pour bénéficier d’une retraite à taux plein passe progressivement de 162 à 166 en fonction de la date de naissance de l’assuré.
Enfin l'âge minimum pour l'obtention d'une retraite à taux plein est compris entre de 65 à 67 ans (entre juillet 2016 et janvier 2023).
Comment anticiper ma baisse de revenus ?
Préparer votre retraite le plus tôt possible ! Plus vous vous y prendrez tôt, plus votre effort d’épargne sera lissé dans le temps.
Pour estimer le montant à épargner, de nombreux critères entrent en jeu : votre âge, vos revenus, votre fiscalité, vos projets et votre mode de vie à la retraite...
En préparant votre retraite tôt, vous avez la possibilité de choisir des placements à moyen-long terme. Vous pouvez plus facilement diversifier votre épargne, c’est-à-dire répartir votre investissement entre les différentes enveloppes d’épargne (assurance vie, PEA…), entre supports risqués et sécuritaires. Cette diversification devra être adaptée à votre situation, vos objectifs et à votre profil d'investisseur, déterminés avant avec votre conseiller lors d'un entretien EHD.
Plus vous vous rapprocherez du moment où vous en aurez besoin, plus vous devrez sécuriser cette épargne.
Enfin, la régularité est également importante. Pour cela, pensez à l’épargne programmée. Elle vous permet de mettre de côté de façon régulière, sans y penser. Vous pouvez décider du rythme de vos versements (mensuels, trimestriels...) et de leur montant en fonction de votre capacité financière.
Je débute dans la vie active : n’est-ce pas un peu tôt pour penser à la retraite ?
Quand on est jeune, il est important de « prendre date » sur certains contrats comme l’assurance vie ou un PEA : vous bénéficierez ainsi au plus tôt de leur fiscalité avantageuse. Vous pourrez aussi diversifier votre épargne à long terme en l’investissant sur des supports en OPCVM ou en unités de compte(1). En contrepartie d‘une certaine prise de risque et selon le profil investisseur, ils peuvent offrir un intéressant potentiel de performance.
L’immobilier est par ailleurs une bonne façon d’anticiper : acquérir votre résidence principale, c’est déjà penser à votre retraite ! En effet, vous aurez terminé de rembourser votre prêt immobilier avant votre départ en retraite. Vous n’aurez donc plus de loyer ou de mensualité de crédit à payer, ce qui vous permettra de vous constituer un complément de revenus utile au moment de la retraite. Et vous vous serez constitué un patrimoine. Attention cependant à toujours garder un minimum de liquidités pour faire face aux imprévus.
Je souhaite me constituer un capital pour préparer ma retraite. Comment investir ?
Vous avez estimé votre futur budget à la retraite et fait le point sur vos projets. Si vous souhaitez épargner dès aujourd’hui pour garantir votre niveau de vie plus tard, il existe plusieurs types de solutions.
Il existe des produits spécifiques retraite comme, par exemple, le PERP (Plan d’épargne retraite populaire). Les versements effectués sont déductibles du revenu imposable dans les limites prévues par la loi. C’est l'un des principaux avantages de ce placement, à privilégier si votre tranche marginale d’imposition est élevée. Il vous permet de bénéficier de rentes garanties à vie ou de percevoir une partie sous forme de capital à hauteur de 20 % maximum à l’occasion de votre départ en retraite. En contrepartie, votre épargne est bloquée jusqu’à votre retraite.
Si vous acceptez un risque potentiel de perte en capital investi, Vous pouvez par ailleurs opter pour d’autres placements tels que l' assurance vie ou le PEA. Tous deux proposent un cadre fiscal avantageux pour se construire progressivement un capital retraite. L’assurance vie vous permet d'accéder à un grand choix de supports afin de profiter du potentiel des marchés sur la durée. À l’approche de votre retraite, vous sécuriserez votre capital. Avec le PEA, vous pouvez investir sur un large choix de valeurs mobilières, principalement des actions européennes et/ou des fonds à capital protégé à l’échéance.
N’oubliez pas également les dispositifs d’épargne salariale proposés en fonction de votre situation professionnelle : 
  • le PEE (plan d’épargne entreprise) ou le Perco (plan d’épargne pour la retraite collectif) pour les salariés,
  • le Préfon pour les fonctionnaires,
  • le contrat Madelin pour les travailleurs non salariés.
Dans tous les cas, vous pouvez ajuster votre éventuel programme de versements (montant, périodicité, suspension) en fonction de l’évolution de votre train de vie et également effectuer des versements complémentaires.
Certains supports détenus au sein de ces enveloppes peuvent être dépréciés en fonction des aléas des marchés financiers et sont destinés à des clients avertis.
Je suis bientôt en retraite. Comment optimiser mon patrimoine ?
Vos crédits sont remboursés, vos enfants ont fini leurs études... Toutes ces charges ont disparu. Vous pouvez utiliser tout ou partie du montant correspondant pour investir dans une épargne adaptée à la retraite. Si vous avez déjà mis en place ce type de solution, c’est le moment de valoriser votre placement en effectuant des versements complémentaires.
Pensez également à sécuriser progressivement votre épargne retraite vers des supports sans risque. Ce service est disponible pour certains contrats d'assurance vie : vous choisissez votre horizon d’investissement en fonction de la date prévue de votre départ à la retraite ; votre épargne est automatiquement répartie entre deux supports (sécurisé et actions) et progressivement sécurisée à l’approche de l’échéance.
L’immobilier locatif est aussi une bonne solution pour optimiser votre patrimoine. C’est le seul type de placement qui est en partie payé par les autres : les locataires ! En effet, l’encaissement des loyers, associé aux éventuelles économies d’impôts, permet d’alléger la charge de remboursement de l’emprunt. De plus, au moment de la retraite, les loyers représentent un complément de revenus. Enfin, vous pouvez aussi récupérer ce bien acheté à titre de placement pour l’utiliser pour vous ou le revendre et disposer du capital.
Pour investir dans l’immobilier, il existe aussi la « pierre papier » : SCPI (sociétés civiles de placements immobiliers) et SCI (sociétés civiles immobilières). La mise de fonds peut être moins élevée que pour un investissement direct et vous percevez des revenus fonciers sans les soucis de recherche de bien ou de gestion locative. Attention, il s’agit d’un placement sur le long terme dont le capital n’est pas garanti et la liquidité faible.
Nous vous invitons à prendre contact avec votre conseiller afin d’étudier ensemble la solution la mieux adaptée à votre situation et à vos objectifs.
Je suis à la retraite. Comment percevoir des revenus complémentaires ?
Tout au long de votre vie active, vous vous êtes constitué une épargne. Maintenant que vous êtes à la retraite, comment obtenir des revenus de ce capital ?
En fonction de la nature de vos placements, deux options s'offrent à vous :
  • Percevoir des revenus tout en conservant la propriété de votre capital. Cela vous laisse la possibilité de l’utiliser si besoin ou de le transmettre à vos enfants ou petits-enfants. Si vous détenez un PEA (de plus de 8 ans) ou un contrat d’assurance vie, vous pouvez effectuer des retraits partiels ou programmés selon le montant et le rythme qui vous convient ;
  • Vous garantir des revenus régulier à vie : en échange de votre capital, vous percevez une somme, chaque mois ou chaque trimestre, qui peut être revalorisée au fil des années. En ayant investi sur le PERP vous avez la possibilité d'obtenir une rente viagère sur vos versements antérieurs défiscalisés. Si vous possédez depuis plus de 8 ans un PEA ou un contrat d’assurance vie, vous pouvez transformer votre capital en rente viagère (entraînant l'aliénation irrévocable de votre capital).
Un dernier conseil ?
La retraite est une étape essentielle dans votre vie. Il faut la préparer soigneusement à tous les âges.
Nous vous invitons à prendre rendez-vous dès maintenant avec votre conseillez afin qu'il vous conseille au mieux dans cette perspective.
Commencez par vérifier systématiquement l’exactitude des informations nominatives transmises à votre employeur, ainsi que votre numéro de Sécurité Sociale.
Surtout, conservez tous vos papiers : bulletins de salaire, certificats de travail pour toutes les périodes (salariées ou non). Ces documents pourront servir à compléter vos périodes de cotisation. Gardez aussi les justificatifs pour les périodes pendant lesquelles vous n’avez pas travaillé. Certaines sont dites « assimilées » (maladie, maternité, chômage...) et peuvent être comptabilisées sous certaines conditions.
Enfin, pensez à effectuer une reconstitution de carrière au moins deux ans avant votre retraite. Cette étape vous permettra de vérifier que toutes vos périodes d’activité ont bien été recensées. Vous obtiendrez aussi une estimation du montant de votre future retraite. Profitez-en également pour faire le point avec votre conseiller en agence.

(1) Les unités de compte sont représentatives de parts ou actions d’OPCVM (actions de SICAV, parts de FCP...) de Sociétés Civiles Immobilières ou autres titres ou autres contrats financiers. S’agissant des unités de compte représentatives d’OPCVM, les prospectus simplifiés ou Document d’Informations Clés pour l’Investisseur, visés par l’AMF, sont disponibles auprès de votre Conseiller ou sur particuliers.societegenerale.fr Sogécap ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte mais pas sur leur valeur. La valeur des unités de compte qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Le fonctionnement des unités de compte est décrit dans la Notice des Information du contrat.
 
Les + Société Générale
Les offres SG
Les + Société Générale
En savoir plus l’épargne salariale :
Les offres SG
Immobilier locatif SCPI Géné-entreprise
Les offres SG
Cliquez ici pour fermer la vidéo
 
Groupe Société Générale